Publié par HISPANIGAB

HOMENAJE AL PROFESOR  PAULINO  BITHOUGAT,

FIGURA EMBLEMÁTICA DE LA ENSEÑANZA

DEL ESPAÑOL EN GABÓN.

Es fácil, cuando se ha alcanzado el éxito en nuestra profesión, atribuir todos los méritos al esfuerzo personal y a nuestras capacidades para lograrlo. Sin embargo, olvidamos a menudo lo que lo ha hecho posible. Olvidamos sobre todo que la contribución más grande y decisiva es la del mentor, la del profesor que ha vigilado nuestra evolución durante los primeros pasos, el profesor que ha impulsado nuestra carrera.

En mi caso este hombre excepcional, ha  sido Paulino BITHOUGAT.

Después del perfeccionamiento llevado a cabo con maestría en grandes  universidades en España, Paulino, ha sido el modelo del profesor que se ha dedicado con tanto profesionalismo y empeño en la enseñanza del español aquí en Gabón. Para mí ha sido un hombre modesto y concienzudo para quien la enseñanza y la pedagogía deben hacerse con rigor, sin perder la vista el trato humano.

Sus remediaciones me han llevado a fortalecer la aplicación de los recursos didácticos y pedagógicos para afrontar mis trabajos e investigaciones. Ha sido el padre cuyos profesionalismo y dedicación, buen hacer y anhelo  hasta conseguir el trabajo bien hecho y que no se queda incompleto guardaré de él.

Has sido la persona adecuada cuyas virtudes precisamente las idóneas para la buena práctica de la pedagogíaː mente clara, poco amigo de la divagación y florituras innecesarias. La verdad es que me ha formado con tanta entrega y profesionalidad. Ha sido también el fortalecedor de ánimo y tesón; viendo su prudencia y cautela ante la buena información, que antes de ser asumida debe contrastarse. Me ha sabido corregir con tacto y en los momentos de desaliento, ha estado  presente para animarme y siempre me ha apoyado para poder continuar gritandoː «¡María Luisita, hija mía, tienes capacidades para hacer mejor!»

El  momento que me acuerdo como si fuera ayer ha sido mi lección ante el jurado en 1998 en la clase de première A1 en el Lycée d'Etat de l'Estuaire, el actual INDJENDJET GONDJOUT. Esta clase tenía 115 alumnos. No presenció físicamente este examen. Pero no me sentía sola. A cada etapa de aquella actividad que era la de la explicación y comentario del texto, me acordaba  sus gestos y ademanes previamente inculcados con sapiencia. Al final me recibió el jurado. Observando la actitud de paulino cuando se enterró de mi calificación, realicé que experimentaba un sentimiento de honor,  felicidad y alegría. Y me sentí feliz también.

Hoy, todos los profesores de Lengua y Cultura españolas en general y los profesores para quienes  fue tutor paulino, siempre admiten que quedará un precursor, un icono de la Lengua española en Gabón.

De verdad que sí, se merece reconocer como un hombre talentoso y muy humilde.

Paulino, caudillo eres, ¡Dios te acoja!

¡Vete al seno de ABRAHAM  y descanse  en paz!

Marie -Louise  NIANGUI MOMBO, Consejera pedagógica, IPN,  Libreville.

HOMENAJE AL TÍO PAULINO

Tú me enseñaste con mi esposo en el año escolar 1986-1987.

Él en Terminale B1, y yo en Seconde LE1 en el Lycée d’Etat de l’Estuaire.

Tío Paulino,

Me has dado todo

Porque con tus consejeros hemos podido seguir con nuestra historia

Y hoy tenemos una familia.

Por ti, soy profesora de español

Y por eso, hoy te digo “gracias”.

Gracias por tu afán del trabajo*

Tu amor por la lengua

Tu pasión por la Cultura

Tío Paulino

Me has entregado todo

Gracias por tu talento

Tus valores

Tus anécdotas

Tus consejos

Tus estrategias

Tío Paulino

Me has dado todo

Gracias por tu elegancia

Tu referencia

Tu paciencia

Tu indulgencia

Tu presencia

Gracias por tu carismo

Tu idealismo

Tu realismo

Gracias por tu humildad

Tu voluntad

Tu disponibilidad

Tu tranquilidad

Gracias por tu rigor

Tu labor

Tu valor

Tío Paulino,

Me has dado todo,

Me entregaste todo

Me has dejado todo

Lo guardaré todo

Con todos esas gracias, que la tierra sea luz para ti

Descansa en paz

Lusette-Marie EYANG ZE de OVONO EDOU, Lycée d’Application Nelson Mandela.

MES LARMES DU SOUVENIR.

A Paulin Bitoughat.

- Bonjour Paulin

- Ah Florita ¿qué tal? ¿Y Umberto (mi esposo) qué tal?

- Está bien.

- ¿ Y Andeme ?

- Elle me supporte encore.

C'est ainsi que commençaient toujours nos échanges.

Je le rencontre pour la première fois à l'Institut Immaculée Conception en mai 1989 lors de ma leçon devant jury. Il fait partie d'un jury de cinq personnes. Ce jour-là Paulin m'a sauvée d'une situation cocasse alors que je ne le connaissais que de nom.

Je commence ma leçon selon la méthodologie en  vigueur: repaso y todo; y en el momento del reparto de los textos a los alumnos...problema. Me doy cuenta de que los he olvidado en casa. Je panique...et quand je suis sur le point d'annoncer la fin prématurée de ma leçon,  avec les conséquences qu'une telle attitude va occasionner, M. Bitoughat le perçoit et réagit d'une manière incroyable. Il détache de son dossier le texte et le donne à un élève en les encourageant à se regrouper par 4 (heureusement que nous étions à l'Immaculée avec 27 élèves dans cette classe de 1ère B). Il incita par ailleurs les autres membres du jury à faire de même. Dans le même temps, il m'encourageait par des gestes à poursuivre ma leçon.

J'ai ainsi pu terminer allègrement mon cours, qui a été couronnée d'une mention honorable.

Ça c'était Paulin. Tonton Paulin pour mes enfants.  Ce fût le début d'une longue amitié. Je découvrais un homme affable, "nsaza", généreux, hispanohablante de cœur et d'esprit.

Comment ne pas être frappée par son amour, que dis- je par sa passion pour l'enseignement de l'espagnol lorsque quelques mois après cette leçon il devint mon collègue au Lycée d'État de l'Estuaire.

Il sublimait el comentario de los documentos iconográficos, el Guernica, el 3 de mayo... Et que dire des petits exercices de conjugaison qu'il concoctait pour la faire réviser à ses apprenants ?

Kiéé !!!!!!

Nous nous sommes rencontrés pour la dernière fois au Lycée Blaise Pascal à l'occasion de l'oral du Bac français. Il voulait s'assurer que l'un de ses élèves admissibles serait bien présent et à l'heure. Mr Bitoughat, le proviseur l'attendait depuis un bon moment.

Sacré Paulin ! Za a ye li'i a do?

Ah Paulin, tu n'es pas parti. Tu es bien présent là avec nous. J'en veux pour preuve tous ces poètes révélés, inspirés par l'annonce de ton décès.

Oh Seigneur!  Andeme va encore supporter qui?

Va en paix Paulin. Regarde la floraison d'éloges qui te sont dédiés.

" L'herbe sèche, la fleur tombe, mais la parole de Dieu demeure éternellement " Esaie 40, 8.

Edith- Flore MINANG FILS, Inspecteur pédagogique. IGS, Libreville.

 

Je m’appelle Aristide Bertrand LENDJIGA, professeur d’espagnol actuellement en service à la DAP Haut-Ogooué. Je voudrais rendre un hommage mérité à ce grand homme, monsieur Paulin BITHOUGAT.

                     En effet, je l’ai connu quand j’étais élève- professeur à l’ENS en 1998. Alors que j’étais en stage au lycée Nelson MANDELA, j’ai eu la grâce de le rencontrer par l’entremise d’un collègue. Ainsi, en homme très simple, il m’invita à assister à ses cours et me permit par la suite d’intervenir au moins à deux reprises dans sa classe de 2nde au lycée d’Etat de l’Estuaire. Et, après les cours, il me faisait toujours remarquer que j’enseignais pour moi-même et non pour les élèves. Car à son avis, je voulais juste montrer aux apprenants que j’étais le meilleur en espagnol en utilisant un lexique et des expressions quasi inaccessibles aux enfants.

A cela, il avait raison car je rentrais fraichement de Salamanca. En réalité, je me plaisais à m’écouter moi-même me disait- il. Il m’amena donc à me remettre en cause et à tenir compte du niveau des élèves afin de rendre plus fluides mes cours. J’avoue que ce conseil m’a servi jusqu’aujourd’hui et a fait de moi une référence parmi tant d’autres. C’est pourquoi, ne pouvant rester insensible à ton départ, je te dédis ce poème qui, je sais, ne pourra combler ton vide.

EL INOLVIDABLE DON PAULINO

No hay alguien que sea puro

Un hombre sin defecto es raro

Pero contigo, quiero ser sincero

Tus calidades resultan indiscutibles

Tu largo viaje les hace más visibles

Qué decir de tus obras  increíbles

Consagraste toda una vida a la educación

Dedicaste toda tu energía por la instrucción

Tu país, contribuiste a su evolución

En realidad, eres una estrella

Y eres también la luz que sale de ella

Quién me va hablar de Castilla

Has sido para mí una referencia

Tus consejos me salieron de la ignorancia

Y empecé a enseñar con conciencia

Pues la ruina del alma es ciencia sin conciencia

Eres la sal que da el sabor

Cómo expresarte mi dolor

Mis lágrimas no tienen olor

Qué decir de mis llantos, señor

Palabras me faltan en este  momento

Conviene decir que has sido un talento

Y todo el mundo te llama Monumento

Qué guay oírte hablar castellano

La enseñanza era tu arte, paulino

Admitir tu desaparición, no

 Tu ausencia queda igual a tu presencia

Pues eres un artista de mayor importancia

Que los ángeles te den asistencia

Con los ojos llenos de lágrimas

Te digo adiós y hasta más

Que Dios te acepte a su lado porque has sido capaz

Y que para ti la tierra sea luz

Ahora dejas a toda tu familia sin voz

Tío Paulino, descanse en paz

Aristide Bertrand LENDJIGA, Don Aristo, DAP-HO, Franceville.

ORAISON FUNEBRE DE Paulin BITOUGHAT.

(Oyem, le 16 mai 2020)

La mort! la mort! la mort puisqu’il s’agit d’elle reste un mystère! Chacun y cherche un sens. Certains croient en Dieu et en l’existence d’un paradis. D’autres pensent que l’âme du défunt connait une autre vie…

A chacun sa vérité…

Il m’est difficile de prononcer cette élégie, tant la tristesse et le chagrin m’étreignent ; c’est donc vrai que Paulin, Tio, Paulino, Petit s’en est allé là-bas, loin là-bas d’où l’on ne revient pas…

Ainsi donc, Paulin BITOUGHAT, notre parent, notre ami en a fini avec le monde des vivants.

Petit, ici et maintenant mon émotion est grande à l’heure de te dire au revoir. Difficile d’accepter ta disparition car on a tout partagé. Partager les moments de joie comme les épreuves les plus difficiles.

Désormais, nulle part, nous n’entendrons plus ton rire ravageur et communicatif ni ne nous délecterons de ton humour exceptionnel, décapant et souvent instructif. Quel gâchis !

Paulin BITOUGHAT était un « honnête homme ». Il était une belle âme. Paulin était un juste. Elevé par sa mère Pauline BITOUGHAT et son Père Daniel BITOUGHAT dans le respect des valeurs essentielles qui fondent la vie en société, il était la rectitude incarnée. C’était un homme engagé.

C’est pourquoi, toute sa vie durant, il s’impliquait totalement dans tout ce qu’il faisait. Jeune Professeur d’Espagnol, il se donnait sans compter, imaginant de nouvelles approches didactiques, soit individuellement, soit collectivement, pour intéresser ses élèves aux subtilités de la langue de Cervantès. Nombreux sont ses élèves qui, pour lui ressembler, ont embrassé la carrière d’enseignant. Sublime hommage, s’il en est !

 Paulin BITOUGHAT était tant apprécié par les apprenants que par ses collègues. Il aimait tellement son métier que son investissement dans la vie associative scolaire était des plus riches. Ainsi, pendant près de 10 ans, tu fus Encadreur principal de l’Appariement international entre le Lycée d’Etat de l’Estuaire et le Collège André LAHAYE d’Andernos-les-Bains (Bordeaux).

C’est sous ta férule également que l’équipe de Volley-ball du Lycée d’Etat de l’Estuaire, s’était qualifiée aux Jeux d’Afrique de Volley-ball.

Paulin, tu ne fus pas qu’un Enseignant émérite, mais aussi un Interprète Traducteur très sollicité, un bon Chef d’Etablissement scolaire et dans une autre vie, tu avais fait merveille sur les terrains de football. Si les anciens le savent, il n’est pas de même des plus jeunes. Ton club de toujours fut Aigle Royal.   

Deuxième fils d’une fratrie de treize enfants, tu étais le relai, la courroie de transmission, le lien entre les membres de la famille. Tu étais un frère, un époux, un papa, un oncle, un grand-père merveilleux, toujours soucieux de l’intérêt et du bien-être de chacun.

En peu de mots, tu étais un vrai papa bonheur !

Tu vas cruellement leur manquer, notamment tes enfants et petits-enfants qui, affectueusement t’appelaient : Monsieur mon père, Pa Paulin, Papi, Abuelo et même

« Le gorille d’Adzabelone », ainsi que tu le voulais.

" Petit", ton amitié fidèle et inconditionnelle est désormais un néant insondable, une blessure sans remède. Car tu as emporté avec toi cette magie qui la rendait unique, c’est-à-dire irremplaçable.

Tu savais à merveille cultiver l’amitié. La convivialité était ta religion. De ce fait, être ton ami, c’était être de ta famille, c’est-à-dire être ton frère ou ta sœur de cœur. Cela s’est vérifié partout où tu habitais à Akébé, dans le club de jeunes « Les Matelots d’Akébé ville », à la Sorbonne, à Glass, au CEI, tout comme à Bikélé.

Tu étais un passionné de la vie et des hommes dans leurs diversités. Quel que soit leur statut social, tu les aimais avec la même humanité. Aux uns et aux autres, selon les besoins de chacun, tu étais toujours disposé à apporter ton concours. Cette louable et généreuse inclinaison t’amenait, quitte à te priver, à donner sans compter. 

"Petit", tout chez toi était si parfait : ta gentillesse, ta générosité, ton incroyable intelligence… D’une grande amabilité, tu avais toujours une oreille attentive et un mot gentil pour tes amis. Ta présence irradiait chaque pièce où tu te trouvais et les gens, charmés par ta simplicité, avaient l’impression de te connaître depuis toujours.

Aujourd’hui, 16 mai, nous enterrons notre frère Paulin BITOUGHAT qui nous a quittés le dimanche 3 mai 2020, à l’âge de 67 ans, laissant une veuve, sa douce et tendre Rachel, ainsi qu’une nombreuse famille.

Paulino, tu es parti trop tôt. Bien pis, tu es parti dans des conditions troubles, qui n’ont pas manqué d’interroger et interroge encore. En effet, au moment où la terre de tes ancêtres va ensevelir ton corps, comment ne pas penser au martyre que tu as souffert, avant de rendre l’âme ? Comment ne pas pointer un doigt accusateur, tant nombreux sont les manquements observés ici et là ?

Tu n’avais pas fini ton parcours ; non, tu ne l’avais pas encore fini… Des projets, tu en avais encore pleins la tête. Notamment un ! Et tu y tenais tout particulièrement.

En effet, étant désormais à la retraite, tu avais la légitime ambition de terminer ta maison de Bikélé, où tu envisageais te retirer, loin des bruits et des tracas de Libreville, avec ta Rachel de toujours, de tous les instants.

 Aujourd’hui, c’est un rêve brisé. Ta mort précipitée y ayant mis un terme brutal et inexpliqué.

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, chers parents, amis, connaissances et alliés, je ne puis clore cette eulogie sans laisser Paulin nous parler :

« Malgré la période exceptionnelle marquée par la limitation des déplacements et autres mesures dues au à la pandémie du COVID-19, vous êtes tous là. Je sais que n’eût été ces contraintes, bien plus nombreux vous auriez été.

Coucou, Ama, Florita, le Costaud, " Petit", vous teniez donc tant à moi ?

Je vous aime moi aussi.

Consolez Rachel. Dites-lui que ce n’est pas ma décision.

Merci à tous. Du haut de mon coin de ciel bleu, avec mes nouveaux potes, qui ne sauraient cependant vous remplacer. Eux, je les connais depuis peu et vous depuis toujours. Vos paroles me sont allées droit au cœur. Soyez forts, soyez solidaires. Tournez le dos à la mesquinerie. Qui de vous sait, de quoi sera fait demain ? Comme moi, j’ai été de passage, n’oubliez jamais que vous l’êtes aussi. Supportez-vous. Ainsi va la vie, elle chemine toujours avec sa compagne la mort !

Je vois des larmes perler sur des joues. Ne me plaignez pas. Ne pleurez pas sur mon sort. Que ce joli poème de Saint Augustin vous rassure :

Je vis toujours

La mort n’est rien,

Je suis seulement passé, dans la pièce d’à côté.

Je suis moi. Vous êtes-vous.

Ce que j’étais pour vous, je le suis toujours.

Donnez-moi le nom que vous m’avez toujours donné,

Parlez-moi comme vous l’avez toujours fait.

N’employez pas un ton différent, ne prenez pas un air solennel ou triste.

Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.

Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.

Que mon nom soit prononcé à la maison

Comme il l’a toujours été,

Sans emphase d’aucune sorte, Sans trace d’ombre ;

La vie signifie tout ce qu’elle a toujours été

Le fil n’est pas coupé.

Pourquoi serais-je hors de vos pensées,

Simplement parce que je suis hors de votre vue,

Je ne suis pas loin, juste de l’autre côté du chemin.

Vous voyez, tout est bien. »

La mort de Paulin nous enseigne qu’il est nécessaire et urgent d’aimer de son vivant, « Aimons-nous de notre vivant ».

"Petit", tu es parti, nous ne te verrons plus, plus jamais

 ¡Tío Paulino que vayas en paz con la protección de Dios!

Nous t’aimons encore et à jamais.

En chacun de nous, vivra toujours une parcelle de toi.

Que Dieu te couvre de sa grande bonté.

Repose en Paix, en cette terre où battent l’âme et le cœur de tes ancêtres.

¡Adiós, Paulino!

Alfred MEMINE ME ZUE, Ami intime de Paulin Bithougat.

 

 

Cliquez sur les liens suivants pour lire les autres actes :

Acte 1 : https://www.savoirgabon.com/2020/10/hommage-a-paulin-bithougat-acte-1.html

Acte 2 : https://www.savoirgabon.com/2020/10/hommage-a-paulin-bithougat-acte-2.html

Acte 3 : https://www.savoirgabon.com/2020/10/hommage-a-paulin-bithougat-acte-3.html

Acte 4 : https://www.savoirgabon.com/2020/10/hommage-a-paulin-bithougat-acte-4.html

 

Hommage à Paulin Bithougat (Acte 5)

Téléphone : (+241) 074 79 10 22 / (+241) 060 00 02 60

Mail : savoirgabon@yahoo.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article