Publié par Anne Rosie Singa Mambou

La reprise des cours sera effective sur toute l’étendue du territoire gabonais, selon l'allocution du ministre de l’Éducation nationale présentée le 8 novembre 2020 sur les ondes du groupe Gabon Télévisions. L’enseignant devrait donc renouer avec les classes et les apprenants.

Ce retour n’est pas sans danger pour l’enseignant qui sera en contact avec les nombreux apprenants qui peuplent le système éducatif gabonais. Même avec 60 élèves par classe, le danger de contamination reste quand même présent.

Quelles dispositions l’enseignant doit-il prendre face à 60 élèves ? Doit-il circuler entre les tables ? Doit-il toucher aux cahiers des élèves ? Doit-il donner le bâton de craie qu’il tient ou chaque élève disposera d’un bâton de craie pour passer au tableau ? A-t-on pensé aux enseignants déjà fragilisés par certaines maladies comme le diabète et l’hypertension ? Quelles solutions pour ces enseignants ?

Comment l’enseignant peut-il s’assurer d’être en bon état de santé s’il doit sortir 5000 FCFA de sa poche à chaque fois qu’il a un doute et désire passer volontairement le test de la COVID-19 ? S’il n’est pas possible de comparer les expositions au COVID-19 du personnel soignant dans les hôpitaux et celles des enseignants dans les classes, il ne fait néanmoins aucun doute que l’enseignant devient l'un des citoyens les plus exposés à la COVID-19 après le personnel de santé.

Pourquoi l’enseignant ne bénéficie-t-il pas alors de la gratuité du test de la COVID-19 au Gabon ? Comment expliquer que l'un des agents publics les plus exposés au risque de contamination soit obligé de payer le test de la COVID-19 à 5000 FCFA ? Comment demander 5000 FCFA à un enseignant qui se met en danger pour la formation de la collectivité ?

Comment justifier cela ?

Pour notre part, les enseignants qui sont exposés à la COVID-19 devraient bénéficier de la gratuité de ce test qui devient un outil important pour limiter la propagation de la pandémie du coronavirus. L’État peut-il envoyer des soldats en guerre et leur demander de payer les munitions et les armes qu’ils vont utiliser ? Alors, pourquoi l’enseignant doit-il payer cet outil qui lui permet de vérifier son état de santé afin de se protéger et protéger son entourage (sa famille, ses élèves, ses collègues…) ?

La gratuité du dépistage du SARS-CoV-2 (COVID-19) serait un bon geste à l’endroit de ces soldats du savoir qui seront exposés quotidiennement.

Copyright © Savoir Gabon. 2020. Tous droits réservés !

 

Les enseignants gabonais doivent-ils payer 5000 FCFA pour le test de la COVID-19 ?

Savoir Gabon

Téléphone : (+241) 074 79 10 22 / (+241) 060 00 02 60

Mail : savoirgabon@yahoo.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article