Publié par Arnaud N'zassy

Le « Grand Libreville » est encore sous le joug du confinement. A 18 heures, les citoyens gabonais sont invités à rentrer chez eux. Ce qui n’a pas manqué de faire rire un grand nombre de personnes sur la toile. Le Gabonais est comparé à une poule qui doit regagner sa demeure avant le coucher du soleil. En effet, beaucoup estiment que le Gabon exagère et semble tracer un dessein inconnu.

Les autorités gabonaises parlent de la présence du « variant britannique » sur le territoire, c’est-à-dire une version plus virulente de la COVID-19. Là encore, de nombreux internautes s’interrogent ironiquement et se demandent comment ce « variant britannique » a fait pour sauter tous les pays africains situés au nord du Gabon pour se retrouver dans ce pays (défini sur un ton comique comme le pays le plus contaminé du monde). En somme, le Gabon est devenu la risée de la toile.

Face à cette incompréhension, des questions taraudent l’esprit de nombreux Gabonais. Quelles sont les mesures d’accompagnement ? Pourquoi garder les établissements scolaires ouverts si la situation s’avère dramatique ? Pourquoi garder les frontières aériennes ouvertes si c’est le principal chemin emprunté par le « variant britannique » ? Beaucoup ne comprennent pas et la colère de ces derniers ne s’est pas fait attendre. D’où les mots « Mouvement des Casseroles ».

Le « Mouvement des Casseroles » est une contestation populaire pacifique contre les mesures prises par le gouvernement gabonais pour juguler le coronavirus. Il est demandé aux citoyens mécontents de prendre une casserole et une cuillère à partir de 20 heures, puis de frapper pendant cinq minutes. Pourquoi ce mouvement ? A travers ce mouvement, on reproche au gouvernement gabonais de profiter de la situation sanitaire pour violer les libertés individuelles de la population.

Deux citoyens ont perdu la vie le jeudi 18 février 2021. Pourquoi ? Pourquoi tirer à balle réelle sur des citoyens désarmés qui expriment leur mécontentement ? Depuis quand tire-t-on à balle réelle sur des citoyens qui jettent des projectiles pour exprimer leur mécontentement dans un pays démocratique ? La vie du Gabonais n’a-t-elle plus d’importance ? Fallait-il prendre la vie de deux citoyens pour stopper la voix des casseroles ? Dans quel pays démocratique tue-t-on des citoyens qui bravent un couvre-feu ? Qui va payer pour cela ? Ce crime restera-t-il impuni ? Les autorités gabonaises ont précisé qu’une enquête sera ouverte pour établir les responsabilités des uns et des autres. Faut-il espérer des démissions massives ou des condamnations au sein du gouvernement ou des états-majors des forces armées ? Attendons de voir… car nos compatriotes Djinky Emmane M’vono et Gildas Iloko méritent qu’on leur rende justice.

Copyright © Savoir Gabon. 2021. Tous droits réservés !

Le Mouvement des Casseroles ou le Gabon en colère

Savoir Gabon

Téléphone : +241 74 79 10 22 / +241 60 00 02 60

Mail : savoirgabon@yahoo.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article